MASQUELOUR.COM

Ton Krampeut 2.0

Les paroles des chansons de l'album
LES DOUKICHOLES 

MARIE SUZANNE
(Operette locale sans anesthésie)
D'abord elle critiquait les gros tetches a ma tante
et plus s'qu elle babelait plus s'qu elle était méchante
tout l'monde disait qu'elle avait mauvais caractère
qu'on dirait qu'elle avait un manche a balai dans l'derrière.
Refrain:
Marie Suzanne ben t'étais vraiment une peau d' vache
tellement qu'tout l'monde i't'envoyait péter chez Dache
quand tu v'nais pou'd'mander un suc pou'met'dans ton café
ben tu restais six heures pou'nous fair'chier
Marie Suzanne ben t'étais vraiment une peau d' vache
tu valais pas un clou nous disait Dache.

Comme elle avait bon coeur elle t'invitait l'dimanche
toujours après quatre heures qu'elle a fini qu'elle mange
alors la elle mettait les m'tits plats dans les grands
elle t'enguelait et fallait qu'tu nettoyes l'appartement

Un jou' quelle promenait son petit chien Cagnotte
elle a shooté n'dans et lui a pété quinze côtes
elle a dit qu'c'était les gosses d'la rue du quartier
et elle a porté plainte pou qu'i'sont tous emprisonnés

Lorsque tu es tombé du cinq centième étage
de ton appartement de Leffrinckoucke village
tout l'monde a dit qu'y avait personne a l'enterrement
mais comme y avait personne pou'l'voir
ch'uis sûr que tout l'monde ment

ASTEUR C'EST L'HEURE DU QUATRE HEURE
Diche c'est un malabar,
il a un buckenaer
qui fait tout l'tour d'son dos,
i'rentre p'us dans l'auto.
C'est un vrai bec à suc,
du coup la peau d'son buck
elle vient pleine de corinthes,
on dirait un podingue.

Refrain:
Asteur, c'est l'heure du quatre heure,
l'cour's'ach'ter une frite su'l'minck
et s'faire des tartines de beurre
pou' tremper dans l'chocolaminck.
Ca ça goute bon à son coeur
Alors i'danse le Ouchouchouche
et là i'nage dans l'bonheur
aussi léger qu'un Katepouche !

L'gros Diche il a son piche
qui est tellement mirepiche
qu'on l'a d'ja confondu
avec eu'l'trou d'son cul.
I'lit tout des bouquins
pou' dev'nir tout à rien
genre l'Pito et Millot
le guide Michelin des gros.

I'connait la musique,
i'fait partie d'la clique
faut pas lui dire à lui
qu'elle est pas belle la vie
Diche il a deux amours
sa femme et son tambour
pas d'différence entre eux
i'tape su'tous les deux.

L'EMBUSCADE
Un coup qu'i'f'sait des courses avec Solange
c'était un jour de Mardi gras,
on est tombé juste en face de la Bande
à Rosendaël en plein Boulevard
Y'avait des Masqueloures partout autour
i'voulaient juste qu'on face "Tut ! Tut !"
Solange elle f'sait une gueule d'ici Bourbourg
eux i'chantaient un drôle de truc.

Refrain :
Si t'aimes le Carnaval, c'est l'moment idéal
mets l'Cô et Jean Bart au fond d'ton coeur
pour la Bande des pêcheurs, on va faire un malheur
Ouv'toi un p'tit bocal, de sprats c'est un régal,
un p'tit jaune et un grand verre de vin,
et p'is te v'la parti jusqu'au lendemain matin

Parmi les masques j'ai bien connu René
avec son gros buck en avant,
il a ouvert l'auto m'a embarqué
Solange hurlait, j'te jure sale temps!
J'me suis r'trouvé d'un coup parmi les dingues
chahuté comme un berguenaerd
v'la qu'i s'accrochaient tous après mes fringues
j'entendais qu'une chose dans c'bazard.

A un moment ça c'est un peu calmé
on est rev'nu sur le trottoir
j'avais beau zieuter de tous les cotés
y'avait p'us d'voiture quelle histoire !
René, bien sûr il était écroulé
mais quand il a vu ma fêgure
il a dit t'inquiètes pas ça va alIer
chante avec moi ces quelques m'sures.

On est parti vers mon kot'aussitôt
i'en avait des kilomètres
c'est fou c'qu'i' y'a comme chapelles et comme bistrots
entre Rosendaël et Coudekerque
en moins d'deux j'étais fumé démoli
faut dire qu'j'étais fort contrarié
mais j'ai vite oublié tous mes soucis
et pis j'me suis mis à chanter.

KESTUFAIS ?
Y'a des jours dans la Bande on s'fait des politesses
a des jours on dirait qu'on est dans un pince fesses
Et qu'est ça dit, et qu'est c'tu fais ? Et au lieu d'faire la Bande
on d'mande des nouvelles de tout l'monde.

Refrain:
Y a Batiche qui fait dans la ferraille,
l'frère à Diche qui voudrait faire ailleurs
Y'a Marit'che qui fait dans l'trou d'la traille
quand elle rentre bien faite su' l'coup d'cinq heures
L'frère à matante qu'est pas mon oncle
qui fait des prouts tous les quarts d'heure
vu qu'son copain aime bien l'fer à vapeur.

Y'a souvent Turtche et Fretche qui font des accidents
La tête à ma belle mère qui commence à faire blanc
Et y a ma femme qui fait son best pou' pas faire démodé
Et qui fait rien qu'à m'emmerder

Y'a tu vois qui c'est qui s'fait à la fatigue
Y'a aussi mon chien qui fait un tour de digue
Y'a ceux qui font comme on a dit, ceux qui font pour un bien,
et y a Petrous qui fait plus rien !

TIENS UNE CHAPELLE ASTEUR
Refrain:
Tiens une chapelle asteur Ben chez qui qu'on est ?
C'est marqué sur la sonnette mais j'vois plus une longueur !
Chez qui qu'on est asteur ? . Ben chez qui qu'on est ?
Ca a pas l'air d'êt'des campeurs, 'garde comme c'est bien duélé !

Mais non Madame on va pas mettre l'brin
On voit qu'ton veint'che i' viendrait vite casin
Pou' pas salir on s'met à pied d'chaussette,
ça va sentir eu' l' Bergues et un m'tit peu l'meschpleck !

Ton homme i' m'r'garde avec ses oeils tout noirs
comme si qui m'avait trouvé dans l'placar.
Toi tu sais bien qu'nous on s'a jamais vu,
Et que ton koukeloure, j'l'ai encore pas sentu.

Nous on viens là pour chanter un m'tit air
Mais si tu veux nous on sait aussi faire
des tours d'magies comme t'en a jamais vu ;
on fait des pèteblozes avec l'trou d'son cul !

Pourtant y m'semb'quechu d'ja v'nus ici
mais euh c'jour'là c'était pas l'même mari
il a ouvert la porte en pitchebleu.
Il a servi du vin tout ça pou' qu'on dit rien !

Quand c'qu'on voudra aller voir chez l'voisin
toi tu voudras encore verser du vin
mais moi j'vais dire on a aut'chose à faire
qu'a rester d'vant une bière, cloucke sur son derrière

BEN J'VAIS T'DIRE :
" C'est pas drôle tous les jours d'habiter un immeuble Boulevard Sainte Barbe ! "

L'lundi c'est celle du d'sus qui vient pour du café
L'mardi c'est celle du d'sous qui vient pour du pâté
Une aut'pour son m'tit frère elle demande des corinthes
Pour son anniversaire j'ai p'us d'quoi faire d'podingue

Refrain:
J'ai pas d'chance avec les femmes
quand elles viennent chez moi sonner
C'est jamais pour voir mon wamme
C'est toujours pour m'emmerder.

Ma voisine de palier, elle drive toujours en slip
Elle passe sa sainte journée à faire des drôles de schifts
Les piches elle aime bien mais quand elle voit le facteur
Elle court chez moi chercher en catastrophe du beurre

Pis y à la grosse Julie elle v'nait d'se réveiller
J'étais tellement saisi mon cul i's'a fermé
Elle v'nait chercher du smout pour n'en mett'sur son pain
Avec sa figure d'Prout à elle moi j'donne pu rien.

L'pompon r'vient à Princesse, Princesse c'est pas son nom
Elle a de jolie fesses sûr qu'son preute sent l'sent-bon
Elle a v'nue faire son kake tout plein mes cabinets
j'dis les tiens sont en rack ? Non mais j'viens d'les laver !

Sûr qu'elle va v'nir un jour la femme de mes pensées
S'ra pas pour dire bonjour je vous laisse deviner
Elle va pas v'nir d'mander d'la farine du pain elle
Mais j's'rai pas là vu qu' j'frai la Bande d' la Citadelle 

L'EPICERIE DE LA MERE MESCHPLECK
J'vas t'raconter un truc qui va t'rappeler quet'chose
C'était l'époque où qu'on était toujours bleutsac
On r'gardait les copains qui f'sait des petteblozes
Avec des Malabars nous on restait en rak.
Dès qu'on trouvait un m'tit sou en blek su' l'trottoir
On courait chez la vieille qu'on disait une sorcière
Pou'd'mander une sucette piquante un bucknaere
Ou alors eu'l'plus fort, un bonbon à l'éther.

Refrain:
Nous on allait à l'épicerie d'la mère Meschpleck
Au coin d'la rue qui tourne
en c'temps là on avait tous des sacrés cleks
Au coin d'la rue qui tourne
Sûr son gruyère y'avait un chat toujours couché
Cétait sûrement pour qu'les souris viennent pas l'bouffer
On pluckait dans une vraie mine de speks
Chez la mère Meschpleck.

On pouvait pas d'not' mère aller à la piscine
Mais on allait quand même ; on nageait bien dans l'fond
Et puis quand on rev'nait avec des yeux d'sardines
On camuchait nos slips mouillés dans nos cartons
On rentrait d'la mer plein nos godasses de sable
qui fallait secouer taut en haut du balcon
Sur la tête des Lillois qui r'tournaient à la gare
Et qui z'étaient mouillés tout plein leur pantalon.

On jouait à la m'tite guerre aux pétards sur la butte
Des baraquements où c'est maintenant Guilleminot
Pour quatre heures on avait un betche d'couckestute
On rentrait noir comme croïe pour regarder Zorro
Mâchant du zouteboume pour s'donner du courage
On cherchait Belphégor dans les caves des Glacis
En rentrant on ach'tait un lek en coquillage
Et on n'avait jusquà la fin d'l'après midi.

La ville main'nant c'est fait pour les bagnoles
Les parcmètres poussent comme des champignons dans les rues
Gamin si tu leules trop longtemps après l'école
Y'a un zorrodateur qui va t'pousser dans l'cul
Des fois j'n'en vois encore quand eu j'vais à la plage
Des m'tits blonds tout mouillés qui lèchent leurs snottecales
Et comme nous tout pareil quand on avait leur âge
l'snustrent bien par terre si y aurait pas 100 balles.

LA SOEUR A RAYMONDE
Refrain :
J'ai rencontré la soeur à Raymonde ;
ben fin nom de ki i'faut que j't' raconte
t'as plus vite fait de faire l'tour du monde
que d'faire eul'tour d'la soeur à Raymonde !

Elle est phénomenale pou' c'qui est d'boire un coup,
Pendant qu'tu tiens l'crachoir elle elle boit comme un trou.
C'est pas une langue qu'elle a mais une vraie queue d'morue ;
en tout cas elle s'en sert pas pou'dir'qu'elle a trop bu.

Elle est toujours à t'nir après l'comptoir,
sa main su'son gros buck elle gratte son buckenaer
elle a une toque en vraie peau d'pouf teinté
en beau bleu, cause la peau d'pouf c'est orangé.

Ben cette toque en peau d'pouf elle est de toute beauté,
Faut même pas êt'une tête à chapeaux pou'la porter.
La soeur à Raymonde elle, elle a une tête de plouc,
sa toque bleu su'sa tête elle r'ssemble à une grosse clouk.

A carnaval elle est tombé enceinte.
On n'a jamais rien vu c'est rapport à la pinte ;
jusqu'au jour où elle a fait son p'tit creut'che
personne n'a su qu'elle avait été au neut'che.

Y'a même des mauvaises langues qu'on dit c'était pas vrai,
qu'son mousse elle a acheté au magasin d'jouets.
Ben si ça c'était vrai toi tu vas m'dir'pou'voir
pourquoi elle n'a pris un'qui r'ssemble à un des Noirs ?

AH CES FEMMES !
Y'a Marie Patate qui a toujours son cul plein d'merde
T'a aussi la pompe qui allume des pipes à gogo

Refrain:
Toutes ces femmes là j'les aime
Et elles me donnent des ailes
Mais les plus belles femmes
Se trouvent dans la m'tite salle
Du Kursaal au bal du carnaval

Y'a la Rosalie qui a toujours la crotte au cul
Y'a l'aut Rosalie qui fait toujours pipi au lit

Y'a les commères d'la rue d'Saint Gilles qui s'font toujours pas d'bile
Y'a les commères d'la Branche qui taillent toujours dans les cafés
Y'a ma mère Cinette qui fait toujours du bon podingue
Y'a Jeanine Pétrous qui fait d'la bonne tarte à Jeanine
Y'a Manotche celle lal qui a la plus belle jambe de bois
Y'a aussi bien sur la femme de l'aut qui pète au lit
Y'a la femme à Neche qui nous fait toujours rigoler
C'est celle qu'on a sucé ses tetches qu'on a bu tout son lait
Y'a Marie ChantaI qui met son doigt dans mon trou d'balle
Y'a aussi Matante Jacqueline qui fait des interviews
Y'a la femme à Diche qui aime toujours montrer son piche
Y'a la femme à Frètche qui aime toujours montrer ses tètches
Y'a la femme qui m'aura qui aura des coups d'poing sur sa gueule
Y'a Rose la poisonnière qui écorche des raies ohé
Y'a Matante Charlotte qui aime montrer ses grosses totottes
Y'a Matante Alice qui aime montrer ses belles cuisses.

LE OUCHOUCHOUCHE
Attention, ça peut t'prendre n'importe où
dans la rue en plein milieu des clous
gamin faut surtout pas t'afloler
y'a pas d'quoi appeler les pompiers

Refrain :
T'as la main qui tremble
les épaules qui bougent
t'as les pieds qui dansent
tu deviens tout rouge
et tu danses le ouchouchouche
et tu danses le wallewalle
et tu danses le ouchouchouche
le wallewalle
le ouchouchouche
le wallewalle

Cette année quand j'suis allé au bal
j'croyais qu'j'm'étais trompé d'carnaval
tous les côtches tous les veint'ches la musique
t'aurais dit qu'ils avaient tous un tique.

En rentrant direc'à ma maison
j'avais l'impression d'avoir l'air con
j'ai compris quand ma femme en m'ouvrant
me dit: nBen qu'est c'que t'as toi main'nant

L'aut'soir qu' j' faisait mâtche avec ma femme
pour un coup qu'elle ranimait ma flamme
au moment qu'on allait s'régaler
voilà pas qu'elle commence à snaquer.

A Dunkerque tu peux p'us circuler
les carrefours sont complètement bloqués
dans les bus les taxis les bagnoles
tu dirais qu'ils sont tous dev'nus tioles.

A DUNKERQUE ON EST TOUS DES MUSICIENS
A Dunkerque on est tous des musiciens
On a tous un p'tit truc qu'on en joue bien
On a tous un instrument
Qu'on gratte ou qu'on souffle dedans
On a tous un manicraque
Qu'on mettra jamais au vulback !

 
L'ENTERREMENT A LUCIE
Eu'c'jour là c'était un jour triste
pleuvait d'ailleurs comme vache qui pisse
faut dire qu'c'était pour l'enterrement
d'une fire qu'a eu bien des tourments
C'cochon d'Bebert pendant la messe
F'sait rien qu'à r'luquer les fesses
des copines à la grande Lucie
celle qu'on enterrait aujourdhui.

Refrain :
I'voyait p'us qu'les tetches d'Hortense
et les belles cuisses de Rosalie
les hanches magnifiques de Florence
et le gros cul d'la p'tite Suzie
Le reste n'avait plus d'importance
i'y'avait p'us qu'ça d' vrai dans la vie
même la pinte elle avait l'gout d'rance
i'les voulait toutes dans son lit.

Après sur la route du cim'tière
ce fut pour lui une vraie galère
i'contrôlait p'us ses envies
et sentait grossir son kiki
i'mettait ses mains dans ses poches
pour pas qu'on devine sa grosse loche
des fires devant des fires derrière
il lui restait p'us qu'la prière.

Suite à cette triste aventure
z'ont été manger une friture
baler une douzaine de " Picon "
pour s' remettre de ces émotions
cette histoire elle est pas banale
elle manque peut ét'un peu d'morale
mais l'Bebert c'est bien un pourri
vu qu'c'est l'mari d'la grande Lucie

Faut dire qu'Bebert l'a pas eu d'bol
la grande Lucie c'était une drôle
elle faisait toujours bonne fêgure
mais pour l'amour c'était ceinture
i's'sont connus c'est pas d'hier
dans un m'tit bal à la frontière
l'excitait avec ses dentelles
lui s'finissait en manuel !

L'AIR DE LA BANDE
Refrain :
L'air de la bande, c'est phénoménal
ça transforme tout Dunkerque tout Malo Rosendaël !

Les coi-casins i'deviennent swatelaeres
les visemules i'deviennent snoupreraeres
les leulepotes i'courent leurs pattes en bas
les rien pressés i'z'ont bien l'temps pour ça !

Les trous du cul i's'déguisent un trou d'bal,
les michechus i'sont en Jos Rendael,
Les mirepiches i'sont en grand-quinze côtes
les pas malins i'z'attrapent d'la jugeote

Les vieux d'l'hospice i'sont en p'tits louis
Maneckenpisse i'chope un gros ouioui
Les dames du Minck elles prennent l'accent d'Marseille
Les nains d'jardin i'sont en Grandes Zoreilles.

Les beautés pures elle d'viennent Marie Chantal
l'Zoo d'Fort Mardyck i'd'vient l'zoo d'Rosendaël
L'curé d'Malo i'vend des ziguenèzes
Les bittes du port elles crient : " quand c'est qu'on baise ? "

Y'a Chatroussat qui s'prend pour un roi Nègre
L'gros Wispelaere qui est déguisé en maigre
Jeanine Chatrouss qui devient patissière
Un treutelapt'che qui pend à son derrière

Y'a l'père Doyen qui s'déguise en chinois
Y'a Saint Martin qui s'prend pour Saint Eloi
Y'a l'gros Jean Jaecques qui est en Bécassine
Et tous les zwekchtes qui s'déguisent en lapine

A Carnaval y'a tout qui d'vient brintzingue
Les gens normals i'stransforment tous en dingues
Pou'résister eh b'en t'as bien l'vent d'bout
Y'a même du vent qui s'transforme en les Prout.

RENDEZ-VOUS MANQUE
J'devais avoir du leuche avec ma bien aimee
Mitche qui cherche toujours ses creutes dans son nez
Elle les met sur sa chaise et paf elle s'assis d'sus
c'est pour ça que j'l'ap'lait Mitche la crotte ou cul.

Mais te fouf pas d' Mitche qu' j'avais rencard avec
On d'vait s'voir à cinq heures au bout d'la digue au break
Pour être à l'heure c'est sûr j'devais y aller direc
Mais j'm'arrête sur l'Minck vu qu'ça sent bon l'zhareng peck

Après six pintes je passe à l'aise l'écluse Wattier
Celle des r'morqueurs qu'on peut toujours jamais passer
Mais tu crois qu'c'est cause que j'étais d'ja potcherole
Que j'l'ai cor'vu consigné le pont d'lécluse De Gaulle

Je r'toume en ville mais me v'là scâtche écluse Tristram
En pensant à Mitche je snustre un bètche d'wamme
Mais j'entends qu'à la tour il est sept heures passees
Sur qu'ouredeule Mitche elle va encore rouscailler

Je prens en stop Marie Lacane dans mon auto
Celle qu'on dirait Manôtche avec une jambe en trop
J'la baIe au Leuguenaer brave fire elle fait un schète
Et c'est à c'moment là qu'j'ai attrapé le snèque

A toute berzingue je passe par Mardyck et après
j'm'arrète nul par asteur les bistrots sont fermés
Je voyais pu une doupe mais i'ai su qu' j'arrivais
Quand j'ai eu dans mon nez l'odeur de la BP

Mais à force de faire le pied d'grue ma bonne amie
Un tireur d'croie dans l'noir l'a prise pour un courlis
Y'a pas d'doute c'etait Mitche qui avait capsaillé
Elle avait l'cul plein d'creutes et un doigt dans son nez.

LE PHARE
Y'a sur l'port une batisse, qui est dressee comme mon wiche
la différence avec l'mien, lui il eclaire du soir au matin.
Vous l'avez compris il s'agit du phare, qu'a connu bien des histoires
Avec Marceline sa chienne de gardienne, et Augustin son gardien.
Lui i'suçait des patates et fumait des z'harengs pourris
elle lechait ses cataplasmes, à la moutarde et au vomi.
Quand qu'on la r'gardait on croyait toujours que ses yeux i'tournaient d'l'oeil
c'est à cause du phare qu'elle avait fixé toute une nuit dans son fauteuil.

Refrain :
Le phare veillait sur la rade
rien qu'à guider les marins
et rigolait bien du menage
de Marceline et dAugustin

Bien sûr elle le haïssait, lui qu'était si haut hissé
et un jour sur un coup d'colère, elle a même eteint sa lumière
et c'pauvre Augustin qui voyait dejà, tous les bateaux s'mett'au sec
lui a mis un pain et pendant dix ans, l'a privé de z'harengs pecks.
Elle a p'us jamais r'commencé, pour pas se r'prendre une raclée
mais elle ralait toujours sur lui, eu'l'grand quinze côtes q'éclaire le nuit
et son bon mari qu'est un rigolo, en a r'mis une couche au d'ssus
car pour sa Noël, elle eut un velo, avec un gyrophare eu'dssus.

Un jour cette chercheuse eu'd'raison, eh ben d'son veint'che elle eut raison
et l'envoya a pitchepeck, empoisonnant ses z'harengs pecks
et depuis c'temps là elle voit tout des ombres, et puis elle entend des voix
c'est c'bon Augustin qui revient la nuit, pour qu'sa tête elle part en voie...

LE GRAND FRETCHE
Quand le grand Fretche i'partait pour l'Islande (ben non ch'ais pas !)
avec dans sa tête tous les airs d'la Bande, (ben non ch'ais pas !)
il avait encore du grime tout plein sa fégure
des paillettes à ses oeils et un relent d'biture
Lui qui avait jamais le mal de mer (ben non ch'ais pas !)
là il avait tout ses boyaux d'travers (ben non ch'ais pas !)
ça grouillait dans son buck comme si des vers de côte
i z'avaient tout d'un coup comme chopé la dieulop.

Il avait dans son pact'he tout ses beaux bat'ches, (ben non ch'ais pas !)
tout prop'lavés par Nimeille pou' faire mat'che (ben non ch'ais pas !)
Un pull à col roulé et un beau bonnet d'nount'che
tricotés à la main en poils de touffekount'che.
Des gobes sueurs et des chaussettes en laine (ben non ch'ais pas !)
achetées au marché quinze à la douzaine (ben non ch'ais pas !)
et pou'qu'i pense à elle et p'is pas à une aut'
Nimeille elle f'sait un prout dans une de ses culottes.

En fait il était marin par sa mère (ben non ch'ais pas !)
vu qu'son père i'vendait des pommes de terre (ben non ch'ais pas !)
bout'che cadeule i'courait les fires dans les rues
du coup moedre elle a dit: "tu s'ras pécheur d'morues !"
Il a connu Nimeille un jour su'l'Minck (ben non ch'ais pas !)
dans c'temps elle f'sait l'trottoir jusqu'à Leffrinck (ben non ch'ais pas !)
Près des phares et balises, i'z'ont été au neuche
Avec eu'l'piche à Fretche elle a eu bien du leuche

Tellement qu'elle a voulu s'marier avec (ben non ch'ais pas !)
depuis elle suce plus qu'les queues d'zhareng peck (ben non ch'ais pas !)
mais quand i'part au loin sur les bancs pou' pécher
faut qu'elle trouve un veint'che elle peut pas s'en empêcher
Et quand l'grand Fretche i'rentre à la maison ( ben non ch'ais pas !)
avec son zwekt'che comme eul'l'mat d'artimon (ben non ch'ais pas !)
elle a tellement drivé qu'elle est bonne pou'l'mechpleck
et Fretche il a beau fair'c'gamin i'reste su'l'sec.

On rit on rit mais ç'est pas fort marrant (ben non j'sais pas !)
ça doit fair'core plus mal qu'une rage de dents (ben non j'sais pas !)
du coup si une beauté elle d'mande si j'veut ou pas
su' qu' lui i' va répondre: "ben non j'sais pas !"

MAIS NON MOEDRE !
Mais non moedre !
J'ai pas mes jambes en poudre
c'est cause que j'viens d'être aurmenté
et qu'les copains ils l'ont fêté !
Y'avait Dische Nèche Pit'che et Stanche
Nescheukeu Pire Fonche et l'tit Lucien
Y'avait Sice et Wiche d'la Branche
La grosse Fret'che son veint'che et son m'tit chien.

L'ZWINNEPLEK
On était des sacré riders
Toph'tche Bout'che moi et mon frère
On était la terreur des meuchkes
Quand on sortait nos claquebeusses
On était pourtant pas des chailles
Mais quand ont sortait la mitraille
Crois moi y a pas un baraquin
Qui v'nait chez nous faire le malin

Refrain :
On jouait au petche sur I'Zwinneplek près d'l'abattoir
On avait du leuche du matin jusqu'au soir

Mais quand y avait une baraquine
Qui v'nait snustre avec sa cousine
Soi disant pour jouer au babé
Nous on savait qu'c'était pas vrai
Alors là les fires sans manière
Vite allait sur le derrière
Du Zwinneplek avec Piche
Et moi Guitche j'tenais mon wiche

Mais des fois l'mononcle à Vanraes
L'voisin du coukebake d'en face
Tout l'jeudi i'f'sait du boudin
La où Bout'che aimait couler l'sien
On était scât'che pour jouer
Mais à la fin de la journée
Les yeux d'agate du verrat
Du sac de bille grossissait l'tas

Là y'avait rien comme anguilles
Qui s'régalaient avec nos billes
Au peudre plein on en pêchait
Grosses comme des bittes de Frecynés
Et pour pas rester en rack
D'vant les gamines des baraques
On savait bien faire les cochons
En en mettant dans nos canneçons.

Mais d'baraquines y en a plus
Ni d'Zwinneplek et qui l'eut cru
Dans l'wateringue d'où c'qu'on allait
Y'a p'us une anguille à choper
Mais toujours derrière l'abattoir
Y'a des pet'ches dants les remparts
Si aux billes tu veux plus jouer
Pour faire un beurt'che tu peux y aller

LES BICLOUTEUX
Moi j'suis Turt'che et j'ai l'plus beau vélo du port
I' paraitrait même qu il a appartenu a Poulidor
Moi c'est Frét'che, j'l'ai acheté à la braderie d' Lille
C'est une affaire qu'on m'a dit, eu'l dérailleur i'marche à piles

Refrain :
Turt'che et Frèt'che on est des biclouteux
On va toujours n'en faire a deux
On est des dingues d'la mécanique
Dans le beau vélo on claque tout not'fric

Mois j'suis fort et j'ai des cuisses comme des batinses
D'ailleurs tout l'monde il est d'accord pou'dire qu j'suis l'fils craché d'Martens
Moi c est l'contraire j'suis vraiment un craquelin
Mais i'faut s'étonner de rien, j'bois jamais un verre de vin !

Tous les dimanches on s'entraine comme des malades
Dunkerque, Spycker, Bissezeele, Cassel, Wormhout et l'estacade
Téteghem, Les Moëres, la Panne, là on fait not'beste
Et dans l'effort on pète un coup pou'sprinter d'vant chez Vanheste.

Bray-dunes, Zuydcoote, Leffrinckoucke, Malo, Rosendaël
Coudekerque, Capelle, Petite Synthe, on a vraiment jamais la dalle
Grande synthe, Gravelines, Bourbourg, Audruicq et Saint Omer
Le Grand Millebruge su'l'grand plateau on est là à not'affaire

Là on s'dit on va rentrer a la maison
On passe par Bierne, Socx, Bergues et son si joli carillon
Son bon fromage et son marché au bestiaux
Si on s'arrète à l'abattoir c'est pour changer nos boyaux

Wahrem, Rexpoede, on s'pète l'Mont des Récollets
Le Monts des Cats en roue libre mais c'est vraiment pour rigoler
Après direc'Ypres, Ostende et Knokke le Zout
Et on arrive à la maison et on a mérité une stout !

WAAH C'T' ANNEE QUEL TEMPS I' F' SAIT A MALO !
Refrain :
waah ! C't'année quel temps i'f'sait à Malo
Des tet'ches tout nus partout rien qu'des beaux
Tu te s'rais crû sur la côte prés d'Menton
Les odeurs de prouts en plus tout ça pour pas un rond.

J'ai eu l'nez creux d'louer un kiosque c't'année
Bien qu'c'est plus cher que rue d'la Paix au métre carré
Au moins t 'es sûr d'pas êt'comme une sardine en caque
Sauf le jour qu'on s'est r'trouvé trente-quatre.

Avec tous ces bout'ches cadeules en maillot d'bain
Qui s'perdent sur la plage depuis dix heures l'matin
Tu veux bronzer tranquille eh ben pas d'bile mon vieux
Laisse les vite courir en pitchebleu.

J'en rigole encore en pensant à c'Roubaisien
Qui v'nait d'met'sa tente d'où qu'on fait cake au chien
I's'est r'trouvé le nez dans une méduse bien grasse
Stroppant su'l'strounte d'un strotterace.

La prochaine fois qu'i y a autant d'monde à Malo
J'vais m'baigner mais avec un casque de moto
J'dis ça depuis qu'j'ai vu le m'tit gamin à Frèt
Un cerf-volant planté sur sa tête

TOUJOURS BIEN POLI !
Au revoir et merci, merci, merci.
Quand i'y a du beau linge, toujours bien poli !
Au revoir et merci, merci, merci,
C'est peau d'balle et variétés, au revoir et merci !

A la bande quand on se balade,
On tombe toujours sur de amis
Qu'on rigole à tomber malade
Tellement qu'on raconte des conneries.
On va chez les uns chez les zotes
On dit'sadein ! pou'dir'bonjour !
On chante des chansons rigolotes
Qui donnent du leuches au Masquelours.

Si tu veux pas qu'on est malade
Qu'on vomis tout deyors en n'dans
Tu nous donnes pas d'la limonade
Et'co'moins du médicament.
Tu donnes c'que t'as c'est toujours bien
Tu fais comme si t'étais chez toi
Tu dis si tu veux un coup d'main
Ou un conseil, ben tu sais quoi

Si des fois tu fais pas chapelle
Mais que nous on l'a jamais vu
Qu'on est rendu à Bissezeele
Ben sans qu'on s'en est aperçu
Alors c'est l'pompon d'l'année
Plus fort que d'jouer au bouchon
Faut vraiment qu'on pense à rentrer
Ou on va rater l'rigodon.

Partenaires